Surf-casting : Guide pratique du pêcheur.

cannes de surfcasting

Pour la pêche en surfcasting simple et taquiner les poissons communs, les cannes de 4,20 mètres à 4,50 mètres sont idéaux. Elles donnent la possibilité de pêcher sur la plupart des estrans et dans presque toutes les conditions météo. Faites un tour sur le site MCAP si vous voulez choisir une canne pour des techniques de pêche spécifiques.

 

Longueurs de canne pour les autres pêches en surf.

 

  • Le surf-casting à reculer requiert des cannes de 4,50 mètres, qui sont choisies parmi les modèles pouvant lancer jusqu'à 200 grammes voir un peu plus.
  • Vous pratiquez le surf itinérant, nos cannes a peche de 3,90 ou de 4,20 mètres, conviennent. En fonction de la pente plus ou moins forte des plages, vous opterez pour des dimensions un peu plus grande ou plus petite. Vous pouvez faire varier le grammage entre 80g et 200g, tout dépend des secteurs à prospecter.
  • Pour les moulinets à tambours tournants, les modèles de 3,60 ou 3,90 mètres sont ce qui se fait de mieux faite attention à ne pas dépasser 4 mètres pour garder des performances de lancées optimales. Au-dessus, la puissance du lancer est atténuée par la souplesse trop importante du scion.
  • Les cannes à retenir pour les tournants doivent être équipées de porte-moulinets placés le plus bas possible sur le talon. Sans cette adaptation, vous ne pourrez exploiter vos cannes pour le pendulaire ainsi que pour la plupart des lancers travaillés.
  • En action de pêche, la différence de longueur entre un blank pour moulinet à tambour fixe et un autre à tambour tournant peut être compensée par l'emploi d'un tripode. Ce type de support permet de remonter suffisamment le scion des cannes pour éviter les problèmes liés à la présence d'algues dans les premières vagues.

 

3 types d'action de canne en surf-casting.

 

Les meilleurs conseils pour le surfcastingconseils pour le surfcasting sont d'utiliser principalement les cannes paraboliques, semi-paraboliques et en action de pointe.

Toutefois, la plupart des pêcheurs tendent à dire qu'il est préférable d'utiliser des cannes à action de pointe. Elles facilitent les lancers, restent bien droites sur leur support et s'agitent à la moindre touche. De plus, quand le matériel est près du bord, il permet de ferrer le poisson presque instantanément.

La pêche à la mouche, quand on est touché par le virus, est plus qu'une technique, c'est un art de vivre, tous les passionnés pourront l'affirmer. La magie du cadre de pêche, la finesse du matériel, la beauté des imitations contribuent à l'esthétique de ce mode de pêche. Le geste est tout aussi élégant que les arabesques décrites par la soie dans les airs pour poser la mouche, tel un pétale, juste devant le gobage d'une belle mouchetée ». Ici,  pour ce type de pêche, l'esprit comme le pêcheur sont constamment en mouvement. Traquer un poisson à la mouche est avant tout affaire d' observation et de réflexion, une activité où l'on prend le temps de vivre et surtout de savourer » cette nature qui nous entoure. Face à d'autres techniques visant à leurrer des poissons, et en particulier les salmonidés, la pêche à la mouche n'est pas plus productive. Cependant, quoi de plus émouvant et de plus fascinant qu'un poisson qui vient cueillir une imitation d'insecte en surface dans le rond d'un gobage?

peche-mouche


Qu'est-ce que la pêche à la mouche ?

La pêche à la mouche consiste à leurrer un poisson, généralement un salmonidé, qui prend des insectes aquatiques dérivant à la surface de l'eau. Dans ce but, on utilise une imitation d'insecte, faite de plumes et de poils divers montés sur un hameçon, appelée mouche artificielle. Ils se trouvent facilement dasn les boutiques spécialisées. Cela pourrait être la définition d'un puriste de la discipline, car pour une certaine catégorie de pratiquants assidus, la vraie pêche à la mouche se pratique exclusivement en « sèche». Pourtant, c'est bien la pêche en sèche qui tend à se marginaliser : au fil des années, avec l'augmentation de la pression de pêche, les poissons « gobent » de moins en moins en surface, suivant en cela la raréfaction inquiétante des éclosions, et ils ont tendance à se nourrir de larves et de nymphes prises sur le fond ou entre deux eaux. En fait, on désigne par pêche à la mouche le recours à un certain type de cannes et de lignes, quel que soit le leurre utilisé. Il existe quatre modes de pêche à la mouche qu'il est important de connaître, et tous permettent de tirer son épingle du jeu à condition de les employer comme il se doit.


Techniques de pêche à la mouche.

La mouche sèche.

C'est la plus utilisée des quatre techniques et la plus simple à apprendre. Elle s'emploie lorsque les poissons prennent des insectes dérivant à la surface de l'eau, ou dans la pellicule de surface; on parle alors de pêche en émergente. La touche se traduit par un gobage en surface, matérialisé par un cercle caractéristique.


La mouche noyée.

Elle est destinée à leurrer les poissons en faisant dériver les imitations à faible profondeur. Les mouches noyées sont de deux types : ou elles imitent un insecte existant (montant vers la surface ou emporté par le courant), ou elles n'imitent rien, faisant office de leurre déclenchant l' agressivité du poisson. Cette technique se pratique généralement avec un train de trois mouches pour peigner une grande surface de rivière, et elle permet d'explorer différentes couches d'eau. La touche est transmise au pêcheur par une secousse plus ou moins forte sur la ligne.


La nymphe.

La nymphe est un terme regroupant plusieurs stades de développement de l'insecte avant sa naissance, évoluant à différentes profondeurs grâce à un lestage de l'artificielle plus ou moins important. La touche est difficilement perceptible et se traduit généralement par une courte tirée visible sur le bas de ligne.


La pêche au streamer.

La pêche au streamer est la technique la moins utilisée par l'ensemble des pêcheurs. Pourtant, elle permet de capturer de beaux spécimens. Ici, on ne peut pas vraiment parler de mouches, mais plutôt de leurres. Les streamers (« oriflammes» en anglais car ils offrent l'aspect, en action de pêche, d'une bannière) imitent principalement de petits poissons ou des batraciens peuplant la rivière. Comme pour la mouche noyée, la touche est transmise au pêcheur par une forte secousse dans la ligne.

Partager

Sélectionné pour vous

Sites à voir.

Les cannes de surf-casting.

Quatre principales tailles de cannes sont employées pour le surf-casting : 3,90 m. 4,20 m 4,50 m. Et 5 m. Ajouter à cela deux longueurs extrêmes de 3,60 m et 5,50 m utilisées pour des zones spécifiques.

canne

Les pêches en surf-casting.

Bar, daurade, sole, morue, anguille, sar, rouget, turbot, limande... tous les poissons qui évoluent dans une zone comprise entre 0 et 100 mètres du rivage sont des prises potentielles en surf-casting.

bar

Appâts pour le surf-casting.

En fonction des poissons que vous pêchez, de la période de l'année, de la zone de pêche, vous allez utiliser des appâts différents.  Ver de vase, couteaux, bivalves, crabes... à chaque poisson et région ses esches.

vers